Aller au contenu principal

Organisation d'un défi sportif franco-moldave pour la protection du Danube [Travail de fin d'études]

Rosa est actuellement en travail de fin d'études (TFE) au sein de l'association "Solidarité Eau Europe" (SEE) pour sa dernière année en formation d'ingénieur·e. Durant ce stage, elle a dû organiser un événement : un "Défi sportif de la jeunesse franco-moldave pour la protection du Danube". Elle raconte.

"L’idée d’un défi sportif est partie sous une atmosphère de détente après une journée de travail intense où nous avons dû boucler les Termes de Référence pour le Schéma Directeur prévu par notre projet. Sous le ton de la plaisanterie au départ, le chef de projet EUWI+ a très vite apprécié l’idée et nous a poussées à la réaliser. Le projet EUWI+ consiste en une coopération de 4 partenaires européens, l’OIEau, l’Agence Autrichienne de l’environnement, l’OCDE et la Commission Économique pour l’Europe des Nations Unies. SEE et EUWI+ collaborent ensemble dans le cadre de la réalisation du schéma directeur d’approvisionnement en eau potable et en assainissement du bassin de la Nirnova. 

L’idée consistait donc à imager la goutte d’eau qui coule depuis la rivière dans laquelle nous travaillons, la Nirnova, jusque dans le Prut, puis jusque dans le Danube. Cette goutte d’eau que, à travers les projets de SEE, nous essayons de rendre de la meilleure qualité possible. Le SEE aspire à assurer et améliorer durablement l’accès à l’eau et à l’assainissement dans les communes de la vallée de la Nirnova en Moldavie.

Ne pouvant pas imager cette goutte d’eau par des canoës car le Prut est une zone de frontière, nous avons choisis le vélo !

Les deux stagiaires que nous sommes étions dans une période de latence vis-à-vis de notre mission, à cause du départ pendant un mois de notre collègue moldave qui nous permet de franchir la barrière de la langue pour nos visites terrain. Notre chef de projet partant également en vacances quelques jours après, nous nous sommes retrouvées à organiser la quasi-totalité de cet évènement… en deux semaines !

Entre la rédaction d’une note de concept et la préparation d’un budget prévisionnel, il nous a fallu convaincre la présidente de l’association de la réalisation de ce projet. Une phase importante de communication a ensuite commencé, en passant principalement par la prise de contact avec les autorités locales et les cibles à atteindre sur place, c’est-à-dire la jeunesse moldave, et francophone de préférence. Puis la détermination d’un planning détaillé des étapes, activités de sensibilisation et d’information, programmation de visites de sites d’intérêt en matière d’eau potable, d’assainissement et de préservation de l’environnement. Notre projet a su enthousiasmer tous ceux qui nous ont soutenu, dont l’Agence de l’Eau moldave Apele Moldovei, et sans qui nous n’aurions jamais pu réussir cette mission telle qu’elle l’a été.

Deux semaines après la germination de cette idée, nous sommes montés sur nos vélos et avons parcourus, jours après jours, les 200km qui séparaient Nemteni de Giurgiulesti. Le parcours a été choisi tel que Nemteni est le lieu de lancement d’un des projets pilotes de SEE, qui consiste en la construction d’une station de filtres plantés de roseaux, afin d’assurer le traitement des eaux usées du village et de garantir le rejet d’eaux propres dans le Prut. Giurgiulesti est situé à proximité de la mer Noire, sur la section maritime de la rivière du Danube. Le Port International et Indépendant de Giurgiulesti représente une localisation stratégique, à proximité immédiate de la frontière moldave avec la Roumanie et l’Ukraine, et où s’est déroulé la journée du Danube, qui fête le 25ème anniversaire de la ratification de la Convention sur la Protection de la Rivière du Danube.

Sous une chaleur inquiétante (35°C environ) et des routes dans un état… typiquement moldave, nous avons quand même su apprécier la beauté des paysages. Les rives du Prut sont étonnamment préservées, et la faune sauvage y est remarquable. Au fil du trajet, nous avons également constaté l’attachement des riverains à leur milieu et ses nombreuses zones humides naturelles.

Le retour de cette mission constitue également un travail de communication important, avec lequel nous devons jongler avec la mission principale de notre Travail de Fin d’Études."

En savoir plus sur le défi sur la page facebook du SEE.