Aller au contenu principal

Ouverture internationale en formation d'ingénieurs

L’ENGEES favorise l’ouverture internationale de sa formation d’ingénieur·e·s et de ses élèves afin de leur faciliter une carrière dans le domaine du génie de l’eau et de l’environnement en contexte international. La stratégie internationale de l’ENGEES repose à la fois sur le développement de l’internationalisation at home (ou interne) au travers : les cours de langue, l’enseignement technique en anglais ou l’accueil d’étudiants étrangers ; mais également sur le renforcement de la mobilité des élèves et personnel. 

Internationalisation at home

Cours de langues étrangères

Tous les élèves ingénieur·e·s doivent suivre deux cours de langues vivantes (dont l’anglais) durant les deux premières années de la formation. 
Pour la deuxième langue, les élèves sous statut étudiant (fonctionnaires ou non fonctionnaires) ont le choix entre allemand, espagnol, italien, russe, japonais, chinois. Les apprentis eux ont le choix entre l'allemand et l'espagnol. 
Il est également possible de s’investir dans l’apprentissage d’une troisième langue vivante. 
Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur, les élèves doivent atteindre en anglais le niveau minimum B2 du Cadre Européen de Référence. Ce niveau est considéré comme atteint avec un score de 785 au TOEIC, test adopté par l’ENGEES. Des dérogations à 550 points pour les étudiants étrangers entrés en 2e année et les étudiants issus du concours interne pourront être étudiées. 
Les élèves ont accès à des ressources  pédagogiques diversifiées adaptées à leurs niveaux afin d’atteindre le niveau requis. 

Enseignements techniques en anglais

L’ENGEES développe l’enseignement de ses disciplines techniques en anglais. L’objectif est d’atteindre 20% des enseignements en anglais. Ces cours comprennent à la fois des objectifs d’apprentissage techniques, et linguistiques (travail sur des ressources en langue anglaise, acquisition du vocabulaire technique en anglais,  soutenances de projet en anglais, etc.) 

Préparation à l’insertion professionnelle

Les élèves bénéficient d’une préparation à l’insertion professionnelle à l’international : 

  • lors des cours/ateliers/séminaires en anglais : ils travaillent par exemple leur CV et lettre de motivation, se préparent aux entretiens, améliorent leurs compétences en communication scientifique et argumentation,
  • en fin de troisième année ils participent à des entretiens de recrutement menés par des recruteurs, en anglais.
Accueil des étudiant·e·s étranger·e·s
  • Cours de FLE : Afin d’aider les étudiant·e·s étranger·e·s non francophones à intégrer la formation, des cours de français langue étrangère (FLE) sont proposés à l’ENGEES (à partir du niveau B2). 

  • Cours en anglais : une sélection croissante d’enseignements techniques en anglais est proposée. Ceci afin de permettre aux étudiant·e·s qui sont plus à l’aise en anglais qu’en français de suivre le cours. Ces étudiant·e·s pourront poser des questions et avoir des réponses en anglais, les supports de cours seront proposés dans les deux langues, et ils pourront indiquer leur préférence pour la langue de l’examen final (FR/EN).
  • Buddy program : chaque étudiant en mobilité peut s’appuyer sur son « Buddy », un binôme français qui l’aide à mieux s’intégrer dans son nouvel environnement (accueil, soutien aux formalités administratives, accompagnement académique éventuel etc.). 

Mobilité à l'étranger

Une mobilité à l’étranger de 3 mois cumulés est obligatoire dans le cursus d’ingénieur·e·s pour les élèves sous statut étudiant (fonctionnaires ou non fonctionnaires). Cette mobilité est effectuée :

  • soit lors du stage de pratique de l'ingénierie (SPI), en fin de 2e année (3 mois au 8e semestre),

  • soit dans le cadre de la troisième année (4 à 5 mois au 9e semestre, en mobilité académique, dans une université étrangère partenaire),

  • soit lors du stage, ou travail, de fin d'étude (4 à 6 mois au 10e semestre - TFE) dans un laboratoire ou une entreprise à l’étranger,

Chaque stage est défini par des objectifs pédagogiques diffusés aux étudiant·e·s et aux organismes d'accueil. Les étudiant·e·s sont invités à rechercher eux-mêmes leurs stages (organisme et sujet ; négociation éventuelle de la rémunération), et ils disposent de toutes les informations concernant les stages effectuées par leur prédécesseurs (y compris les rapports, sauf les rapports confidentiels) et les propositions envoyées spontanément à l'école par des organismes d'accueil (entreprises, laboratoires,... français ou étrangers), après validation.

Les stages font systématiquement l’objet d’une convention tripartite après validation académique, qu’ils se déroulent en France ou à l’étranger. Ils sont évalués et font l’objet d’attribution de crédits académiques (ECTS).
Lorsqu’il s’agit d’études, la mobilité peut donner lieu à un double diplôme, ou non. Dans tous les cas, un contrat d’études est établi et validé par l’ensemble des parties (ENGEES, université d’accueil et étudiant). Le transfert de crédits ECTS est effectué de la façon suivante :
Lorsque l’établissement d’accueil académique dispose d’un système de crédits, la comparaison est effectuée sur la base d’un semestre plein (donc 30 ECTS), et sur le prorata du temps passé en mobilité par l’étudiant.
Dans le cas contraire, on évalue la quantité de travail effectuée par l’étudiant·e·s, que l’on traduit en crédits sur la base des ratios habituels (cas de l’Argentine).
Les mobilités académiques comme les caractéristiques des stages sont détaillées dans le supplément au diplôme remis systématiquement depuis 2004. 

Pour les élèves apprenti·e·s ingénieur·e·s, la période minimale à l'étranger est de 1 mois. Elle s'effectue dans une filiale de l'entreprise d'accueil ou dans une autre structure avec dans ce cas, la mise en place d'une convention entre l'entreprise signataire du contrat d'apprentissage et la structure accueillant l'apprenti·e.

Les accords de mobilités à l'international

En savoir plus sur les Partenariats académiques/doubles diplômes