Stratégie de l'ENGEES à l'international

Stratégie générale

La stratégie internationale de l’ENGEES s’inscrit dans la stratégie globale de l’établissement d’augmentation permanente de son attractivité et de sa notoriété. En outre, elle vise à mettre en œuvre sa mission de coopération internationale (mission spécifique de l’enseignement agricole) de façon cohérente avec ses autres contraintes d’établissement d’enseignement supérieur et de recherche.

Lors de sa candidature à la charte Erasmus pour l'enseignement supérieur 2014-2020, l'ENGEES a soumis une stratégie internationale. Ce texte est un élargissement de la déclaration effectuée en mai 2013.

1. La stratégie globale de l’ENGEES

Cette dernière est présentée dans 2 documents :

  • le Projet d’Etablissement 2013 – 2017
  • le Contrat d’Objectifs et de Performance 2014 – 2018

 On peut extraire de ces documents les orientations suivantes :

  • Développer les formations à visibilité internationale
  • Renforcer les flux entrants en formation d’ingénieur, par la mise en place de la réforme du cursus, par le développement de l’enseignement en anglais et par la diversification du vivier de recrutement
  • Développer les accords de double-diplôme
  • Favoriser la mobilité des E/C
  • Mettre en place des priorités géographiques : transfrontalier (ce dernier en priorité absolue), Amérique du Nord anglophone, Afrique sub-saharienne, Amérique latine, Asie

2. Renforcer les partenariats avec le transfrontalier


L’ENGEES a pour priorité le renforcement des partenariats avec l’Allemagne, et par extension la Suisse, voire les Pays-Bas. Cette recherche de partenaires vise autant les relations académiques que de recherche. En outre, pour l’Allemagne, s’ajoutent ici les relations professionnelles, dont la recherche peut déboucher sur le recrutement d’apprentis et, bien sûr, de diplômés.

 

La stratégie vise alors à :
  • Promouvoir l’Allemagne auprès de nos étudiants et notamment de nos apprentis, et en parallèle prospecter les entreprises allemandes

  • Participer à des Universités d’été transfrontalières

  • Développer un parcours transfrontalier en Formation d'Ingénieur

  • Soutenir les chercheurs dans l’écriture et la gestion des programmes de recherche lorsque ces pays sont concernés

 

3. Développer les formations à visibilité internationale

L’offre de formation est l’élément clé de l’attractivité d’un établissement. Outre les formations existantes, de type Master ou Mastère Spécialisé (MS), qui justifient d’une proportion d’étudiants étrangers satisfaisante, l’ENGEES envisage le lancement d’une formation de ce type sur une problématique favorable à être visible à l’international.


4. Renforcer les flux entrants en formation d’ingénieur


Ce cursus justifie une stratégie particulière par rapport aux autres formations, notamment du fait de sa position comme formation de référence pour l’ENGEES.

Dans ce cadre, l’augmentation de l’attractivité de l’ENGEES a pour but d’attirer les meilleurs étudiants possibles, qu’ils soient français ou étrangers.

Pour cela, l’affichage du caractère international du contexte dans lequel se déroulent les formations, est un élément d’attraction reconnu. Les axes stratégiques sont alors :

  • Le développement de mobilités sortantes académiques de qualité, si possible diplômantes et susceptible d’attirer des étudiants français motivés et de bon niveau (cf. ci-dessous). Notons au passage que les mobilités sortantes lors des stages se font sans grande difficulté et ne nécessitent qu’un accompagnement limité, sur les aspects des finances et de la sécurité.

  • L’accueil en mobilité entrante d’étudiants étrangers de bon niveau. Sur ce dernier point, la stratégie est déclinée en 3 points :

    1. La mise en place de la réforme du cursus. Cette dernière présente en effet plusieurs avantages : la modularisation est plus conforme aux standards internationaux, donc est plus lisible ; en outre, elle permet plus facilement aux étudiants en mobilité entrante « sèche », hors diplôme, de choisir son parcours.
    2. La mise en place d’une formation internationale d’excellence
    3. L’élargissement du vivier de recrutement pour le diplôme.

La qualité de l’organisation de l’accueil de nos étudiants étrangers est en outre stratégique car elle contribue à l’appréciation que ces étudiants transmettront à leurs professeurs et collègues lors de leur retour. A l’ENGEES, cette organisation se fait en lien avec l’Université, le CROUS et Campus-France Strasbourg, voire d’autres organismes gestionnaires de logements étudiants. La réflexion en cours au niveau du site alsacien, dans le cadre du Schéma Directeur de la Vie Etudiante, est d’ailleurs une opportunité réelle par effet de levier.

5. Développer les accords académiques en vue de double-diplôme

La stratégie est de rechercher des accords de partenariats académiques, visant à terme à des double-diplômes DI ENGEES / (MSc, ou Master, ou DI) en complémentarité disciplinaire ou culturelle par rapport à l’enseignement à l’ENGEES. Cette recherche peut se faire :

  • dans le cadre de l’enseignement supérieur agricole (IAVFF) ou en s’appuyant sur les accords déjà signés par l’UNISTRA
  •  dans le cadre de consortiums plus ou moins pérennes (USTH, Programmes FITEC ou FAGRI, Réseau Franco-Néerlandais, AFAGE – ex GE-TH, voire Alsace-Tech…)
  • enfin de façon isolée.


6. Favoriser la mobilité des E/C


La recherche constitue une vitrine incontournable pour un établissement d’enseignement supérieur, et son caractère international est un indicateur important. Malgré un environnement franco-français favorable à une pleine activité de nos E/C, il convient donc de contribuer au développement des relations de recherche au niveau international.

En outre, les E/C sont les meilleurs ambassadeurs de l’école pour la construction de relations avec des établissements d’enseignement supérieur.

La stratégie à développer est alors essentiellement la promotion, ou du moins l’encouragement, de l’envoi de nos E/C à l’étranger et de l’accueil d’E/C étrangers.

En outre, on recherchera le plus possible des synergies avec des partenariats académiques (triangle formation – stage – relations de recherche). De telles synergies représenteraient en effet autant une économie de moyens qu’une garantie de pérennisation et d’attractivité des accords.

7. Renforcer les partenariats avec l’Amérique du Nord anglophone

Il s’agit d’une dimension incontournable à l’heure actuelle. Par "extension culturelle", on pourrait également évoquer ici les relations avec des universités d’Australie.


8. Concrétiser un accord ou deux avec l’Afrique sub-saharienne


Il convient tout d’abord de rappeler que la coopération internationale est une mission spécifique confiée à l’enseignement agricole. A l’ENGEES, elle est comprise comme un soutien au développement de pays, notamment de ce continent, dans les domaines de la gestion de la ressource en eau, de la mise en place de services urbains d’hygiène publique (eau potable, assainissement, déchets solides) ou de la réalisation d’équipements pour l’un ou l’autre de ces domaines. Cette activité remporte un très vif succès auprès des étudiants, leur permettant de vivre des expériences fortes et constitue ainsi un facteur d’attractivité non négligeable.

Si l’envoi de stagiaires ne nécessite généralement pas d’action particulière, certains pays demandent un cadre plus formel. L’envoi d’E/C comme des interventions d’ingénierie pédagogique ne peuvent aussi se concevoir que dans le cadre d’accords formel précis. Des accords bilatéraux pourront ainsi être signés avec des établissements de ces pays.

Ainsi, pour cette mission, la stratégie de l’ENGEES se décline en deux axes :
  • Participation aux programmes de l’Institut Régional de Coopération - Développement (IRCOD), qui fédère une grande partie des actions de coopération décentralisée des collectivités locales alsaciennes, bien sûr lorsqu’ils portent sur les domaines de l’ENGEES.
  • Participation aux « réseaux géographiques » animés par le Ministère de tutelle pour des actions conjointes avec d’autres établissements de l’enseignement agricole (supérieur ou technique), notamment pour la prospection éventuelle dans d’autres pays en développement.

9. Consolider les partenariats avec l’Amérique latine

Concernant l’Argentine, notre participation au programme ARFITEC a débouché sur un accord de double-diplôme avec l’Université Nationale du Littoral à Santa-Fe, vivant dans les deux sens. D’autres universités nous envoient des étudiants en mobilité simple.

Concernant le Brésil, notre participation aux programmes BRAFITEC et BRAFAGRI a généré une mobilité entrante conséquente. La mobilité sortante doit faire l'objet d'une promotion accrue.

En marge de ces deux programmes d'échanges d'étudiants, des relations de reherche peuvent également être développées compte tenu du potentiel du pays dans nos domaines, dans le cadre du programme Sciences sans Frontières.


10. Poursuivre et consolider l’expérience d’ingénierie pédagogique avec Hanoï


Rappelons qu’il s’agit d’un projet unique en France, initié par les deux ministères MESR et MAEE en réponse à un appel d’offres de l’Etat vietnamien : un consortium d’une quarantaine d’établisse-ments français a constitué une association pour contribuer à la création de l’Université Scientifique et Technique de Hanoï. Cette université comprend 6 départements, chacun responsable d’un Master franco-vietnamien. Notre participation a fait l’objet d’une décision politique au plus haut niveau de la gouvernance de l’école.

L’ENGEES est ainsi impliquée dans le Master « Eau, Environnement, Océanographie » et envoie 1 à 2 E/C par an pour contribuer à l’enseignement, après avoir participé à l’élaboration de la maquette pédagogique correspondante. Depuis la rentrée 2014, on peut signaler en outre :

  • La mise en place d’un double diplôme DI / M vietnamien ; un étudiant est ainsi parti en septembre 2014
  • L’affectation d’une bourse de thèse vietnamiennes, avec l’étudiant correspondant, à Icube.

Il convient maintenant de se positionner pour l’avenir, qui verra :

  • Le renouvellement des masters franco-vietnamiens
  • L’émergence d’unités mixtes de rechercher internationales