Aller au contenu principal

Voyage d'étude - Stuttgart

La promotion d'élèves ingénieurs 2013-2016 de l'ENGEES a effectué son voyage d'étude de 2ème année dans sa ville marraine, Stuttgart. Afin de partager cette expérience à l'occasion du Mois de l'Europe en Alsace, des élèves ont réalisé un reportage retranscrivant leurs visites. Au programme : visite de la ville de STUTTGART et tout particulièrement les installations d'épuration des eaux usées, de traitement des eaux potables (visite de la station de Sipplingen), rencontre du parrain industriel de la promotion : BÜRCKERT et de leur secteur R&D et enfin découverte des recherches menées dans les laboratoires de  l'Université de Stuttgart dans les domaines de l'eau et de l'assainissement. 

Ce voyage a bénéficié du soutien de la ville de Strasbourg. 

Reportage photo de Mélisande Oget et Marine San José, apprenties-ingénieures en 2e année. 

Lundi 27 avril 2015

Nous débutons le voyage d'études par la visite de l'entreprise marraine de notre promotion, Bürckert, qui développe et produit des capteurs pour différents types de fluides.

Après un petit déjeuner d'accueil, le directeur du site nous expose la politique de l'entreprise. Bürckert est une firme familiale qui gère ses investissements au travers d'une fondation afin de garantir son indépendance.

 

La visite commence par des ateliers en petits groupes.

Le premier vise à nous présenter différents produits et leurs applications.

Ensuite nous avons le droit à une présentation des techniques de pointe et aperçu de la « salle blanche » où sont réalisées les pièces les plus petites, de l’ordre du micron. 

Et tout cela évidemment avec le meilleur accueil et la bonne humeur de tous les employés.

On continue avec une sensibilisation à l'importance de la considération des différences culturelles dans le travail, illustré avec une confrontation entre « l'organisation allemande » et « l'improvisation française ».

Nous découvrons ensuite l'atelier de production avec la gestion des commandes, la considération des conditions de travail et le robot transporteur mais qui ne fait pas le nettoyage...

La visite se termine dans la bonne humeur et quelques photos souvenirs.

Nous poursuivons le voyage vers Stuttgart... 

…en essayant de ne pas dérégler l'électronique du bus, mais en ne se privant pas de danser.

Après quelques détours, arrivée à l'auberge de jeunesse « Jugendherberge Stuttgart International » sous un ciel un peu gris...

Mais rien ne nous arrête et surtout pas la pluie, donc on se lance rapidement dans une visite de découverte des hauts quartiers de la ville.

Nous empruntons alors un tout petit échantillon des « Treppele » de Stuttgart (comprendre petits escaliers). En effet la ville en compte plus de 400…

Une petite pause devant la « Galateabrunnen », la statue de Galatea semi-nue qui a choquée les habitants de Stuttgart du 19eme siècle qui plantèrent des arbres autour afin de cacher sa vue.

Après avoir dépensé autant d'énergie, une halte pour déguster une glace est bien méritée...

Mardi 28 avril 2015

La journée commence par la visite d'un réservoir d'eau potable de la ville, géré par la compagnie NetzeBW. Ils nous présentent les enjeux auxquels sont confrontés la ville en matière d'alimentation en eau potable et la nécessité de pompages éloignés que cela implique...

Pour des raisons d'hygiène, il est nécessaire que chacun revête une combinaison... Dont au final nous sommes plutôt fiers...

Le réservoir de Hasenberg, d’un volume total de 25 000 m².

Un stockage d'eau potable implique également un réseau de canalisations complexes...

On suit l'évolution de la corrosion sur les canalisations de transport en acier qui partent du réservoir par une mesure de conductivité.

Tous les éléments respectent la même échelle, comme on peut le constater avec les ballons anti-bélier.

On poursuit dans les locaux de la NetzeBW où l'on nous explique le fonctionnement de l'entreprise mais aussi la sectorisation de la ville, les analyses pratiquées pour veiller à une eau de bonne qualité ou encore les économies d'énergie réalisées grâce au turbinage de l'eau arrivant à certains châteaux d'eau.

En se dirigeant vers la mairie de Stuttgart... Strasbourg n'est pas si loin et même gravée en tant que ville jumelle dans la rue...

A la mairie nous sommes accueillis par le directeur des services de l’eau de la ville de Stuttgart, le directeur du département de génie civil, monsieur Wolfgang Schanz, représentant monsieur le Maire Fritz Kuhn, ainsi que monsieur le Consul General Nicolas François Eybalin. Nous appréhendons l'importance des relations franco-allemande et les perspectives que de telles implications amènent.

Stuttgart depuis la mairie

Beaucoup de travaux mais néanmoins un patrimoine historique et culturel fortement ancré.

La journée se conclue sur une soirée libre à la « Frühlingsfest », pour d'autres échanges culturels. A quelques rares exceptions près nous étions tous là !

Mercredi 29 avril 2015

Le lendemain matin, toujours de bonne humeur, on démarre la visite de la station d'épuration de Mühlhausen par une présentation générale de son fonctionnement et de sa gestion ainsi que de celle des réseaux d'eaux usées.

Une photo de groupe sur laquelle les anciens élèves nous ont rejoints.

En commençant par l'aval, on a pu constater que l'eau rejetée dans le Neckar est plus propre que celle de la rivière ce qui donne ici l'illusion d'un rejet foncé. Ce qui ne semble pas déranger les cygnes....

La sortie de la station...

Afin de traiter les micropolluants, la station s’est équipée de bassins d’essais de traitement par charbon actif.

L'incinérateur de boues qui traite les boues de trois stations d'épuration.

Un clarificateur en fonctionnement, et un clarificateur abandonné pour le plaisir des canards

Vue du bassin d'aération, assimilable à des réservoirs « batch » en cascade

Ici aussi l'échelle est stupéfiante...

Le traitement primaire de la station étant couvert, nous n'avons pas pu voir cette partie du procédé.

On quitte la station après une visite du laboratoire d'analyse, le regard rêveur...

La journée se poursuit par la visite d'un bassin d'orage de 18 000 m3. Malgré son volume, cet ouvrage s'est déjà rempli en 4 minutes lors d’une très forte pluie. Il est alimenté par by pass.

Nous aurons même eu une démonstration en directe du nettoyage avec les augets basculants... Surprenant lorsqu'on ne s'y attend pas...

Pour le reste de la journée, trois options étaient proposées, la visite de « l‘Institut für Siedlungswasserbau » (institut ingénierie hydraulique urbaine), la visite de « l‘Institut für Wasserbau » (institut de génie hydraulique) et du hall expérimental VEGAS et la visite du musée Mercedes. 

Visite du Hall expérimental VEGAS

Mr Markus Noack nous présente différentes thématiques de recherche en cours. Ici une mesure des microturbulences au sein d'un écoulement avec le transport solide qu'elles génèrent.

Comment appréhender la qualité d'une passe à poisson vue par un poisson ? En développant des poissons-robots munis de capteurs de vélocité...

Modèle réduit d'un barrage afin de vérifier qu'un pont situé à l'aval pourrait supporter une crue millénale.

Même à cette échelle (1/18e) on y mettrait bien les pieds...

Le quatrième atelier étudiait l'influence du débit sur la croissance du biofilm.

Enfin, le dernier atelier de la journée, relatif au transport sédimentaire.

Même en école d'ingénieur quand on attend longtemps on peut être amené à jouer à 1, 2, 3 soleil....

Après un apéritif avec l'AMENGEES (association des anciens élèves), la soirée se poursuit en musique...

Jeudi 30 avril 2015

Sur la route pour le lac de Constance et son usine de production d'eau potable, les paysages changent...

Avant de visiter les installations, une petite mise en jambe qui marque aussi l'introduction aux SPI...

Mais on profite aussi des paysages de grand air...

Après le pompage dans le lac, l'eau arrive par des canalisations de diamètre aussi imposant que la station en elle-même. 

Une première présentation nous détaille le fonctionnement de la station de traitement d’eau potable «Bodensee-Wasserversorgung » qui puise son eau dans le lac de Constance.

L'eau brute arrive ensuite dans une bâche : « la source »… 

…puis traverse des micro-filtres qui retiennent 50% des particules.

On peut observer les différences de couleur sur l'eau après chacune des phases de traitement de potabilisation.

Au fond à gauche sur la photo se trouve l'eau brute, à droite l'eau filtrée, toutes deux sont « bleutées ». Après ozonation (devant) l'eau est parfaitement incolore.

Le traitement est finalisé par une filtration sur sable qui permet de retenir les derniers éléments.

Nous avons le loisir d’admirer la chambre de pompage pour la partie de la distribution ne pouvant se faire en gravitaire, ainsi qu’une maquette permettant aussi de visualiser la géométrie particulière du lac.

On s'est quand même senti un peu à la maison en voyant la sculpture du jardin de l'usine... Un petit clin d'œil avant de rentrer à la maison...