Aller au contenu principal

Ingénieur eau

Des métiers diversifiés

Le secteur de l’eau est très large, et les métiers d'ingénieurs du secteur d'autant plus. Il y a les métiers de services liés à l'apport en eau à la communauté ou plus communément appelé petit cycle de l’eau : pomper l’eau en nappe ou dans les rivières, traiter l’eau pour la rendre potable selon des normes précises, l’apporter via des conduites jusqu’au robinet puis récupérer les eaux usées, les traiter et l’assainir avant de la remettre dans son milieu. Ce cycle est géré à tous les niveaux : la ville, les lieux plus reculés, les milieux agricoles, les industries et entreprises.  Les ingénieurs de l'ENGEES interviennent dans toutes ces étapes.

Sans oublier tous les métiers liés à la gestion des eaux pluviales et des problématiques d’inondations, à l’aménagement hydraulique urbain, de l’utilisation de l’énergie hydraulique etc.

Si les problématiques environnementales doivent être prises en compte dans ces métiers, il est des métiers de l'eau encore plus directement liés à la protection de la ressource et à la protection environnement comme la renaturation des cours d’eau, la protection des milieux aquatiques contre les pollutions, l’économie circulaire avec par exemple la réutilisation des boues d’assainissement etc.

 

Un secteur porteur

Le secteur de l’eau est un secteur qui recrute. Les préoccupations environnementales grandissantes et l’impact du changement climatique devraient accroitre les besoins du secteur et aller vers le développement de nouveaux métiers.

Les ingénieurs « eau »

Côté ingénierie, l’Ingénieur ENGEES exerce dans l’ensemble des secteurs cités afin d’apporter des compétences de pointes et une vision globale afin d’apporter des solutions prenant en considération l’ensemble des problématiques environnementales.

Garantir l’accès à l’eau et à l’assainissement

En France, il suffit de tourner un robinet pour avoir de l’eau potable ou de tirer la chasse pour évacuer les eaux usées. Des gestes tellement anodins qu’on ne se rend pas compte des quantités utilisées malgré la rareté de cette ressource, de sa fragilité et encore moins des différents acteurs derrière l’adduction d’eau potable et l’assainissement des eaux usées avec pour objectif de garantir à chacun l’accès cette ressource vitale et à l’assainissement.

L’eau, prélevée dans la nature, doit être traitée pour être ensuite stockée puis acheminée vers vos robinets en quantité suffisante, à la bonne pression, avec la meilleure qualité possible selon les normes en vigueurs. Les eaux usées sont ensuite récoltées, traitées et réintroduire dans le milieu naturel.

  • Ingénieur responsable d’affaire (construction d’une station d’épuration) : Il est chargé de gérer un projet de construction d’une station de traitement d’eau, de la phase d’ingénierie et de dimensionnement de la station à la livraison finale au client. Il est responsable de la qualité, des délais, et du budget. Il coordonne les équipes et assure l’interface avec le client tout au long du projet.
  • Ingénieur d’études en traitement de l’eau : Il réalise des études en amont de projet : zonage d’assainissement, schéma directeur d’assainissement pour les collectivités, schéma d’aménagement et de gestion des eaux, diagnostics de réseaux d’eaux, il définit les méthodes et outils de travail à utiliser pour le projet, il détermine les corps de métiers et assistes les différents experts dans leur tâches. Il peut ensuite piloter et/ou coordonner le projet.
  • Ingénieur mise en route station de traitement d’eau potable : Il est chargé de mettre en route la station de traitement d’eau potable après sa construction. Il fa d’abord étudier tous les documents d’ingénierie de la station afin d’organiser sa mise en route. Puis il répertorie tous les équipements et les tests un à un (test à blanc). Puis vient la phase process avec l’arrivée des effluents durant laquelle les réglages sont affinés. L’exploitant est ensuite formé.
  • Ingénieur d’études hydraulicien : L’ingénieur d’étude hydraulique a de multiple facette selon sa structure d’emploi et son secteur. Dans le secteur de l’eau potable, il élabore des modèles d’alimentation en eau potable pour des communes. Ces modélisations de réseaux permettent d’aménager le territoire, ils fournir au client un outil d’aide à la décision pour optimiser les réseaux de distribution : recherche de fuites, lutte contre les incendies, construction de nouveau quartiers. Après une première phase sur le terrain pour intégrer les spécificités du réseau et les contraintes de l’exploitant, l’ingénieur d’étude récolte les données via des capteurs sur le terrain (dans les conduites d’eau potable, sur des bornes incendies etc.). Puis ces données permettent de créer un modèle numérique. 
  • Responsable performance réseaux
  • Directeur d'Exploitation Hydraulique
Assurer et contrôler la qualité de l’eau :  

Les eaux de consommations sont filtrées ou purifiées de façon chimique ou biologique, chlorée pour empêcher tout développement bactérien dans les réseaux de distribution. L’eau à tous les stades est contrôlée. Dans les grandes agglomérations, le contrôle est effectué plusieurs fois par jour voire en continue. Dans les stations d’épuration, le processus pour réduire la pollution des eaux urbaines et industrielles est long, complexe et couteux. Les déchets solides sont déchiquetés, les plus gros polluants sont éliminés. Dégrillage, dessablage, dégraissage, décantation floculation, l’eau passe par de multiple étape pour être dans des conditions biochimiques les plus proches des milieux naturels avant qu’elles soient rejetées.

  • Responsable eau potable
  • Ingénieur eau potable et assainissement
  • Police de l’eau
Gérer en amont les pollutions de l’eau

En Europe, la qualité de l’eau distribuée préoccupe par les différentes contaminations qu’elle subit. La plupart des contaminations relèvent des activités humaines agricoles, urbaines ou industrielles, en particulier à cause de l’utilisation d’une trop grande quantité de substances synthétiques (engrais, pesticides, hydrocarbures, solvant chlorés… et de micropolluants organiques comme des résidus médicamenteux  difficiles à déceler. En France, le plus gros problème reste la contamination par la pollution diffuse de l’agriculture intensive. D’une part, la fertilisation des sols engendre des apports importants, notamment en nitrate, très solubles dans l’eau et lessivés par les pluies. Cet excès de nutriment dans les rivières et les nappes perturbe les milieux, on y observe une prolifération d’algue, la disparition de certaines espèces. Sur 30000 captages d’eau potable en France, près de 3000 sont dégradés. L’usage de pesticides par les agriculteurs, les collectivités mais aussi les particuliers, migrent lentement dans les sols et se retrouvent dans les zones de captage d’eau potable.

  • Animateur de captage : Dans la démarche de protection de la ressource en eau, l’animateur ou gestionnaire de captage va  animer des opérations d’amélioration de la qualité des eaux souterraines à l’échelle d’un bassin d’alimentation de captage (problématique nitrates et pesticides) par la diffusion de connaissances, par la concertation entre les différents acteurs concernés : collectivités, services de l’Etat, agence de l’eau, conseil départemental, agriculteurs, chambre d’agriculture, coopératives agricoles…, par la promotion et l’animation d’actions relatives à la reconquête de la qualité de l’eau.
Gérer les cours d’eau
  • Adjoint à la Gestion des risques dans cours d’eau navigable
  • Etude et maitrise d’ouvrage en hydraulique fluviale et torrentiel

 

Gérer l’énergie hydraulique
  • Ingénieur d’étude sur des projets hydroélectriques : Développement de projets hydroélectriques (collecte des données, dossier d’autorisation loi sur l’eau, présentation des projets), Gestion de rénovation de centrale hydroélectrique, Dossiers loi sur l’eau (curages, réfections de berges, vidanges, etc.), Dossiers avant-projets passes à poissons, Assistance suivi de chantier
Gestion urbaine de l’eau  et prévention des inondations
  • Animateur gestion intégrée des eaux pluviales : Etudes de déracordement des eaux pluviales parcelles privées ou voierie publique, Accompagnement technique, études de terrain (élus, habitants, MOE) , Communication interne/externe (documents techniques, représentations forum-groupe de travail, réunion publique), Dimensionnement, Rédaction des avis sur permis d’aménager (urbanisation), Référent technique (veille technique et réglementaire)
  • Chargé d’études hydraulique : il conçoit des études pour mettre en place un réseau de gestion des eaux pluviales adapté et performant selon le site et la situation. Par exemple, mettre en place un diffuseur autoroutier pour répondre à des problématiques d’inondation.
  • Chargé d’étude hydraulique : il va modéliser les cours d’eau, effectuer des relevés sur le terrain, et faire propositions d’aménagements pour réduire le risque inondation. Il sera chargé du dimensionnement et conception d’ouvrages hydrauliques (barrages, retenue d’eau, digues…)
  • Ingénieur de projets en hydraulique urbaine
  • Cheffe de l'unité prévision de crues